Le diagnostic électricité

En 2018, le diagnostic électricité s’appliquera aux ventes comme aux locations de tous logements dotés d’une installation électrique de plus de 15 ans.

En attendant, il ne concerne que les biens immobiliers à vendre possédant ce type d’installation, auxquels ne s’ajouteront à partir du second semestre 2017 que les biens à louer dont la date de construction est antérieure à 1975.

Cette évolution démontre bien que le diagnostic électricité occupe désormais une place importante au sein des diagnostics immobiliers obligatoires, d’autant plus qu’il a trait à la sécurité comme à la santé des personnes, un domaine prioritaire au sein de la loi Alur du 24 mars 2014 pour l’accès au logement et un urbanisme rénové, qui, petit à petit, met en place par décret toutes ses dispositions clés.

Au cours du diagnostic électricité, le diagnostiqueur obligatoirement certifié pour ce type d’expertise doit contrôler que l’installation de plus de 15 ans ne comporte pas de risques de courts-circuits pouvant provoquer un incendie, ou de risques d’électrocution ou d’électrisation, qui obligeraient le bailleur ou vendeur à faire réaliser des travaux.

A la date de la signature du bail, le diagnostic électricité doit avoir été fait depuis moins de six ans et depuis moins de trois ans, à la date de signature d’une promesse ou acte authentique de vente.